Carnets Lozériens
Carnets lozériens.info est le site historique fondé il y a quelques années. Comprenant quelque 500 articles, il est aujourd'hui effacé, enterré au cimetière numérique... carnetslozeriens.fr entend proposer une certaine illustration de la vie en société, au-delà d'un traitement informatif normé. Sérieux, humour, fantaisie, empathie. Pour les Carnets, journalisme rime naturellement avec humanisme - une valeur encore partagée par quelques grands hommes de presse (tiens, un bon sujet d'histoires !) dont les mânes préfèrent certainement et désormais se consacrer à la poésie... D'autre part, les Carnets Lozériens marquent leur volonté de devenir acteurs de la vie locale en organisant quelques événéments que d'aucuns jugeront fantaisistes (tant mieux !!!). Premier Opus en phase de maturation : le festival du Western Spaghetti, festival dédié, unique au monde et organisé à Mende, centre du... monde.
mentions légales contact
Disparition des abeilles ? Du « blé » en moins… ! « L’extinction des abeilles, ajoutée à celle des toutes les autres espèces butineuses causerait en France une perte de près de 2,9 milliards d’euros » selon le ministère de l’Environnement. (Source Les Échos 24 novembre 2016). Ce chiffre obtenu à partir de données collectées mondialement en 2010 représente la valeur monétaire du « service de pollinisation » rendu par les insectes butineurs, notamment les abeilles. Autant dire qu’il s’agit d’un service… public impactant l’économie et donc le système capitaliste. Les abeilles seraient-elles les laquais du grand capital !? Que nenni, ce serait plutôt l’’inverse et les représentants souvent peu avisés dudit grand (sic) capital feraient bien d’y réfléchir. Lire la suite avec un clic
L’éolien à l’échelle de l’humain, cela peut être bien mais à dimension industrielle cela devient démentiel – surtout en zone montagne riche de ses paysages, de sa faune, de sa flore et de ses quelques habitants qui s’y accrochent… Le vent lozérien aiguise l’appétit des opérateurs privés, sachant flairer les bons coups (de vent). Energie subventionnée (combien de temps encore !?), l’éolien génère des recettes pour les collectivités accueillant les mâts sur leur territoire mais s’agit-il vraiment d’argent durable ?
Schéma éolien À la poursuite du vent…
Exercices en milieu scolaire La pathétique obsession sécuritaire… Dans le cadre des Rencontres de la Sécurité (sic), des exercices se sont déroulés le mardi 11 octobre 2016 dans des établissements scolaires de Langogne, à l’initiative des services de l’Etat, préfecture en tête. Encore une fois, l’obsession sécuritaire nourrit un climat anxiogène dans un pays « en état de guerre » comme le martèlent les « responsables » politiques. La suite sur le Père Siffleur !
Des nouvelles de… Patagonie Chili con… Lozère ! Que signifie donc ce titre susceptible d’interloquer !? En fait, il s’agit d’un rapport de superficie entre la Lozère et la plus grande donation de terres privées de l’histoire. Éclairages. Douglas Tompkins, fondateur de la marque emblématique The North Face (sans compter la marque Esprit), est mort en 2015 en Patagonie alors qu’il pratiquait le kayak – ce passionné fou de nature avait 72 ans et une belle vie, bien remplie, derrière lui. Avec sa femme Kristine McDavitt, il avait acquis au Chili 550 000 hectares de terres vierges et sauvages, soit l’équivalent (et même plus) de la superficie du département de la Lozère (516 700 hectares). Le 16 mars 2017, sa veuve a cédé au Chili 407 625 hectares sur lesquels vont s’installer, en quelque sorte, trois parcs nationaux : Pumalin, Melinoyu et Patagonia. La présidente du Chili, Michelle Bachelet – qui, certes, traîne quelques casseroles et bat des records d’impopularité dans un pays démocratisé en 1990 – la présidente donc a salué « la générosité et l’amour de la nature de Douglas Tompkins. » La Lozère, Patagonie du Massif Central, sera-t-elle un jour condamnée à être sanctuarisée ? Alors que la ruralité montagnarde souffre de plus en plus de déshérence…
Porte d'entrée Portraits, rencontres... Le Père siffleur La nature, par monts, vaux et maux Semis de culture(s) Politiques et Territoires Des massif, des histoires Chasse,faune Les échos de là-haut et là-bas PortfolioCarnets Lozériens Opus 1 en kiosque depuis le 1er octobre 2017 ! Faisons un bout de chemin ensemble...
40 pages de portraits, rencontres, de photos... Un dossier de 10 pages sur la RN 88, un portfolio Aubrac, etc. 3,80 euros le numéro. Abonnement 6 numéros = 30 euros dont 7,26 de frais postaux. La formule Abonnement sera possible si la barre des 100 demandes est atteinte et franchie !
Cliquer sur la photo pour découvrir la Une.
Indemnités des élus Petite opération cosmétique au conseil départemental Attention, changement de gouvernance oblige, la nouvelle majorité départementale a décidé de réaliser des économies substantielles (c'est le cas de l'écrire) sur les indemnités des élus - défense de rire mais on peut sourire...
La Lozère et son slogan Naturellement… banal Des mois de réflexions, macérations, brainstorming pour en arriver là… « La Lozère, naturellement ! » Il s’agit là d’un adverbe utilisé couramment à un point tel qu’il en est devenu banal – induisant parfois, au gré de la volonté de l’utilisateur, de la condescendance. lire la suite chez Le Père siffleur
Infos en chiffres : Lozère et Occitanie -La Lozère, avec 5100 km2, représente 5% de la Région Occitanie. -La densité de population (moins de 15 habitants au km2) est 5 fois plus faible que la densité moyenne en Occitanie, une région pourtant à forte dominante rurale. -La Lozère, c’est 1% du PIB de l’Occitanie. Cette poignée de chiffres renforce l’identité et la combativité d’une Lozère qui regarde le monde poursuivre sa course folle… La Lozère est un refuge mais aussi et surtout un creuset où s’inventent, s’expérimentent, s’incarnent de nouveaux modes de vie (sociale, économique, culturelle…). Les Carnets lozériens s’attachent à les explorer.
Welcome to Mende City Les prunes tombent, les platanes s’envolent… Le sujet du stationnement est récurrent à Mende qui, décidément, a tout d’une grande (sic). Par exemple, il est difficile de trouver une place (gratuite) alors que les travaux s’alanguissent – ils ont même été suspendus le temps des vacances de Toussaint. De surcroît, dans sa grande bonté, le conseil municipal vient de voter la hausse des contraventions pour non-acquittement de la taxe Droit de stationner. La prune passe donc de 17 euros à 25 euros et la durée de stationnement est prolongée d’une heure soit jusqu’à 19 heures. Sans doute pour compenser la perte de la taxe d’habitation décidée par le gouvernement Macron qui a, effet collatéral politicien, donné toute liberté aux communes pour augmenter les contraventions. Pendant ce temps, les platanes s’envolent et rejoignent leur cimetière, route de Bahours. Il paraît qu’ils étaient malades, tout creux qu’y z’étaient…. Bizarre ça, ils donnaient toujours des feuilles. Oui d’autant plus bizarre qu’un récent documentaire diffusé sur Arte montrait un incroyable platane, déployant ses colossales ramures sur une petite place d’un village grec (grande civilisation, la Grèce n’est-il pas vrai !?). Et vous savez quoi ? Eh bien son tronc, à ce vénérable arbre, il est complètement creux… Bref, Mende n’est culturellement pas la Grèce (ce pays mis à genoux par une dette imposée par ses "amis" européens et le FMI), cela se saurait et les travaux continuent sur les boulevards qui ressembleront bientôt à des périphériques – tout d’une grande qu’on vous disait… Allez circulez bonnes gens, y a rien à voir, la lente agonie du centre-ville est en pleine... forme! Jean-Philippe Roux samedi 11/11/17